Ce que les élections changent pour l’Islande

Nous étions en mode électoral fin avril pour élire notre parlement. La chose politique revêt une importance particulière en Islande depuis la crise de 2008 qui a plongé le pays dans l’abysse économique. Depuis, les politiques ont souffert, et le pays s’est remis au dur travail pour finalement obtenir une sortie de crise. Alors ces élection étaient très importantes pour nous. Et c’est L’opposition de centre-droit qui est arrivée nettement en tête des élections législatives, les électeurs sanctionnant la coalition de gauche au pouvoir depuis 2009. Le poste de premier ministre a été revendiqué dimanche par le conservateur Bjarni Benediktsson, 43 ans, à un moment où les projections donnaient un nombre de députés supérieur pour le Parti de l’indépendance. Le centriste Sigmundur David Gunnlaugsson, 38 ans, se disait prêt à collaborer avec lui. Le choix du premier ministre revient au président de la République, Olafur Ragnar Grimsson, qui désigne traditionnellement le chef de file du parti vainqueur. Les résultats de cette élection ont une conséquence importante pour l’Islande. Car La victoire du centre-droit enterre probablement la candidature de l’Islande à l’Union européenne, lancée en 2009, et à laquelle les deux partis étaient hostiles. L’Islande conserve donc son état d’esprit d’autonomie et sans doute que les prochaines réflexions sur une adhésion à l’UE auront lieu dans un avenir lointain. Il semble nécessaire au pays d’abord de poursuivre le redressement économique, et de maintenir notre ouverture sur le monde, et pas uniquement l’Europe. Par ailleurs, les tensions et crises qui secouent l’Union Européenne ne sont pas des facteurs d’attractivité pour les islandais.

This entry was posted in nouvelles d'Islande and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.