Le calme en Islande

L’endroit le plus calme d’Islande

Écoutez quelqu’un dire qu’il se rend en Islande et vous pouvez presque en déduire qu’il se réfugie à Reykjavik, la plus grande ville du pays, offrant un accès facile aux attractions naturelles pittoresques et aux centaines de pourvoyeurs. Moins souvent, vous entendrez parler de quelqu’un s’attaquant à la Ring Road, qui forme un circuit complet de 828 miles autour de la côte du pays. Cependant, vous rencontrerez rarement quelqu’un qui se dirige directement vers la région de l’est de l’Islande, située au nord-est de Reykjavik, qui compte environ 15 000 habitants partageant plus de 8 700 kilomètres carrés de terres.

L’emplacement éloigné de la région n’est pas le seul facteur qui ralentit le développement du tourisme dans l’est de l’Islande. La vérité est que les habitants de l’est de l’Islande prennent délibérément le temps d’examiner attentivement la façon dont ils aimeraient présenter leur pays au monde, processus qui se manifeste dans les attraits, les destinations et les processus de la région.

Le chef probable de ce qui peut être reconnu comme Djupivogur est une petite ville côtière des Fjords de l’Est qui a été officiellement désignée «Cittaslow» en 2013.
Cittaslow, un mouvement italien axé sur le slow food et le slow food, permet aux villes du monde entier de moins de 50 000 habitants de respecter un pourcentage de certains critères, comme encourager le compostage domestique, fournir des toilettes publiques facilement accessibles et conserver les zones historiques mouvement.

À Djupivogur, cela se traduit par une volonté de soutenir les producteurs locaux, de fournir de nombreux services aux parents locaux, agence de voyage Islande d’éduquer les jeunes sur l’histoire et la nature locales et de faire un usage réfléchi de l’espace public. «En bref, il s’agit un peu d’être à l’aise, de tenter de ralentir peut-être la mondialisation», a déclaré Gauti Jóhannesson, directeur de district de Djupivogur. «À l’extérieur du village, aucune marque mondiale n’est affichée, comme Coca Cola ou quelque chose du genre. Nous essayons de réduire cela au minimum.»

La ville a été témoin que la désignation en elle-même était un peu un tirage au sort.
« Je pense que c’est une idéologie à laquelle beaucoup de gens peuvent s’identifier », a déclaré Jóhannesson. «Je pense que l’unicité est à peu près ce que les gens recherchent. Vous voulez pouvoir sentir que vous êtes vraiment ailleurs que dans votre propre ville.  »
Mais Jóhannesson souligne que la participation de Djupivogur à Cittaslow n’est pas un outil de marketing pour le tourisme et, en fait, établit des barrières strictes pour de nombreuses activités susceptibles de nuire à l’environnement ou à la communauté. «Cittaslow est avant tout destiné aux habitants des communautés membres de Cittaslow et le tourisme vient ensuite», a déclaré Jóhannesson. «Nous avions une agence de voyage intéressée par les tours en VTT autour de la plage. Nous avons dit non. Des compagnies de croisière nous ont demandé si elles pouvaient emmener leurs propres bateaux vers l’île de Papey.
Et la réponse a été non.  »

Suivant sur la liste des projets à Djupivogur? Les choses pourraient s’accélérer pour s’adapter à l’essor du tourisme ailleurs en Islande, mais Djupivogur deviendra de plus en plus lent. La pompe à essence singulière dans le centre-ville est en train d’être déplacée, de même que les parcs de stationnement principalement utilisés par les touristes. «L’idée est que nous prenions les voitures en dehors du centre-ville afin de pouvoir continuer à penser que nous vivons dans un petit village de pêcheurs sur la côte islandaise», a déclaré Jóhannesson.
«Autrefois, tout le monde voulait que les pompes (à essence) soient dans le village pour attirer le trafic de transit; nous ne cherchons pas cela… Nous aimerions avoir quelque chose à voir ou à faire ici, ce qui les rend vouloir venir au village à ces conditions.  »

La confiance de Djupivogur et son engagement à adopter un style de vie «lent» se mêlent à d’autres attractions de la région. Dans la ville voisine de Vallanes, la ferme Modir Jord est l’une des rares fermes biologiques d’Islande. Les époux Eymundur Magnússon et Eygló Björk Ólafsdóttir se consacrent principalement à la culture de l’orge, une céréale autrefois largement cultivée dans le pays. récemment disparu des menus islandais.

Le domaine est sillonné par les sentiers de randonnée et les pistes de ski et abrite une charmante église – une spécialité islandaise – mais le vrai plaisir ici est de savourer un repas dans la première maison du pays entièrement faite de bois islandais local (de la ferme elle-même).

À l’intérieur de la confortable cabane en bois, Ólafsdóttir sert des déjeuners rustiques à base de produits frais de la ferme (ou autrefois frais, maintenant fermentés) sur des cadres de table parfaits. Un poêle à bois brûle à l’arrière-plan et la neige tombe gracieusement à l’extérieur des baies vitrées.

Cette ruée vers la prochaine destination s’évapore avec la soupe à la betterave, le pain d’orge et la choucroute.

Le cinéaste Denni Karlsson et l’historienne Arna Björg Bjarnadóttir ont récemment ouvert le Wilderness Centre, une demeure historique située à la lisière des hauts plateaux islandais et présentant le style de vie «lent» de la région. «L’authenticité, l’aventure et le respect de la nature sont nos mots clés», a déclaré Karlsson du l’engagement du couple à embrasser et à présenter le mouvement «lent» aux visiteurs. Le couple a collaboré avec des organisations telles que le Musée national d’Islande, l’Institut d’art de l’Islande et le parc national de Vatnajökull afin de garantir la présentation exacte de la maison de quatre chambres à coucher, abritant une famille de 14 frères et sœurs au début des années 1900. aux visiteurs modernes.

«Le centre Wilderness est conçu de manière à ce que les clients doivent garer leur voiture un peu plus loin des bâtiments», a déclaré Karlsson. « Lorsque vous traversez le vieux pont de bois depuis le parking, vous entrez dans le passé. »

Il a fallu cinq ans au couple pour créer la ferme islandaise restaurée – les détails de la propriété sont méticuleux et appropriés à la période, jusqu’à la forme des clous utilisés pour fixer les planches de bois locales aux murs des dortoirs. Les biens de la famille d’origine continuent de fournir la maison et la nouvelle exposition sur l’histoire de l’Islande, qui attire Karlsson et Bjarnadóttir. talents et intérêts respectifs en un regard complet, détaillé et artistique sur l’histoire magique du pays.

L’office du tourisme local reconnaît que le mode de vie «lent» de l’est de l’Islande est potentiellement contagieux. Les histoires de la région sont soigneusement préparées par le groupe qui se prépare à accueillir l’afflux de touristes déjà arrivé ailleurs dans le pays. «Nous avons constaté que d’autres régions d’Islande n’avaient pas le temps de se préparer», a déclaré Maria Hjalmarsdottir, chef de projet à Promouvoir l’Islande de l’est. «Il était très important pour nous d’analyser avec soin le style de vie de notre région afin d’attirer les gens qui veulent faire l’expérience.»

Depuis 2014, Hjalmarsdottir collabore de manière méthodique avec le designer de destination suédois Daniel Byström afin de recueillir les histoires et les attractions locales de la région et de les associer à un récit fort et central.

«Nous travaillons sur des directives sur ce qu’il faut faire, où manger, quel type d’hébergement chercher et comment mode de vie vit dans l’est de l’Islande », a déclaré Hjalmarsdottir. «Nous voulons… des valeurs claires et un lieu où les gens peuvent être fiers et parler facilement aux autres. En faisant cela, nous avons également un moyen plus facile de tenir nos promesses.  »

«L’objectif est que nous soyons une destination de choix pour visiter et vivre», a déclaré Hjalmarsdottir. Et cet engagement à maintenir la qualité de vie locale tout en favorisant une nouvelle industrie du tourisme résume le mouvement lent de l’est de l’Islande.

La région ne changera pas d’identité pour répondre aux foules à venir. Les agences de voyage locales ne proposeront pas d’autres activités populaires ailleurs dans le pays qui n’existent pas déjà dans le style de vie de la région. L’est de l’Islande restera une destination unique… une destination qui mérite d’être ralentie et qui s’arrête.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.