L’Islande, comme seul au monde

Des paysages spectaculaires, une histoire épique, voyage entreprise Islande des animaux sauvages en grand nombre et – parfois littéralement – personne.

Si une saga nordique a reflected le zeitgeist de notre époque, c’est bien celle de Bárður Snæfellsás. Mi-Troll et fils de géant, Bárður fledit le tyrannique roi Harald de Norvège à la péninsule isolée de Snæfellsnes en Islande. La mythologie raconte qu’il a tué ses deux neveux après qu’ils aient négligé sa fille, et qu’il a ensuite disparu dans une grotte de glace du glacier Snæfellsjökull pour s’isoler éternellement.

Snæfellsnes a été mon first voyage hors du Royaume-Uni depuis le verrouillage du coronavirus. Je suis arrivé quelques jours après que l’Islande ait commencé à admettre les voyageurs internationaux sans quarantaine. Mais si je ne cherchais pas l’austérité de l’auto-isolement de Bárður, j’avais certainement envie de ces grands espaces, loin des foules urbaines, où je pouvais me sentir libre de voyager sans la menace du virus.

La légende de Bárður m’est apparue lors d’une promenade côtière entre les villages de Hellnar et d’Arnarstapi, sur la côte sud de la péninsule de Snæfellsnes. Par une soirée baignée d’une lumière perpétuelle, suffisamment surnaturelle pour convoquer les elfes et les trolls, j’ai trouvé une statue de pierre de 6 m de haut qui le commémore. Les épaules voûtées et les articulations posées sur le sol, il contemple le puissant Snæfellsjökull où il a fini ses jours, seul. Son isolement n’était pas perdu pour moi. Pendant les deux jours suivants de ma visite d’une semaine, je n’ai pas vu ni parlé à une autre âme vivante.

Snæfellsnes est un véritable royaume de géants. Il se trouve à environ 180 km au nord de Reykjavik sur les routes toujours vides de l’ouest de l’Islande, une péninsule de 90 km de long s’avançant dans l’Atlantique, dont les origines sont aussi explosives que sa beauté balayée par les vents. Je l’ai rejointe en empruntant des routes qui serpentent entre des flancs de montagnes convexes qui descendent sur des plaines de lave affouillées par des transgressions marines, en passant devant des chutes d’eau en cascade fouettées par les vents de l’Atlantique en gerbes changeantes aussi éthérées que les sternes arctiques omniprésentes.

Bárður a terminé ses jours sur le bord ouest de la péninsule, au sein du puissant glacier Snæfellsjökull. Sa grotte de glace se trouve quelque part dans ses crevasses, peut-être réchauffée par le stratovolcan actif situé en dessous, une composition de cendres et de lave vieille de 800 000 ans, verticale et toujours prometteuse de malice. Sa dernière éruption remonte à 200 ans et s’il vous semble fantaisiste d’affirmer qu’il s’agit d’un portail vers les enfers, demandez à Jules Verne, pour qui le volcan a inspiré Voyage au centre de la Terre.

Depuis mon chalet, le Glacier Lodge de Hellnar, je pouvais contempler le Snæfellsjökull à toute heure, car le soleil ne se couchait jamais. J’ai perfectionné une évolution trappiste, mon vœu de silence n’étant rompu que par la conversation avec les courlis et les pluviers annelés, les suppliant de rester immobiles pour les photos. Et lorsque le vent soufflait fort et que mon chalet en bois grinçait, mon atavisme prenait le dessus et je sentais Axlar-Björn, né dans la région en 1555 et exécuté 41 ans plus tard après avoir commis 18 meurtres horribles.

À partir de Hellnar, le plaisir de la randonnée dans le parc national de Snæfelljökull, d’une superficie de 170 km2, est de rencontrer des paysages d’un autre monde où la faune et la flore s’épanouissent aux limites de la survie. La plus longue de mes randonnées ici a été un jour magnificent depuis Skarðsvík, une plage déserte de sable couleur cacao au nord de la péninsule. Je me suis dirigée vers le phare d’Öndverðarnes, à l’angle nord-ouest, et j’ai passé des arches de mer et des empilements de basalte chancelants où les mouettes et les guillemots nicheurs s’accrochaient pour leur survie au-dessus des vagues déferlantes de l’Atlantique. La vie n’était pas plus facile pour l’humanité.

À Öndverðarnes, il y avait une cale de halage désaffectée qui permettait autrefois aux rameurs de faire descendre leurs bateaux fishing sur le rivage par une fente dans la lave. En regardant l’Atlantique se pulvériser, cela donnait à réfléchir et à imaginer combien la vie devait être dure. Un renard arctique m’observait, son manteau blanc d’hiver étant devenu une riche fourrure auburn.

De la côte, je me suis dirigé vers l’intérieur des terres vers un field de petits volcans. Le field de lave de Neshraun a été pressé comme du dentifrice par des fissures dans des tubes magmatiques souterrains, il y a plus de 5 ans. J’ai marché sur la lune à travers la lave noircie, abrasive, qui grouillait de vie. À l’intérieur de pustules de lave éclatée, de délicates fougères se blottissent dans des poches de microclimat aux côtés de traits violets de thym sauvage et de saxifrage. Dans une explosion rose de dérive marine, un bruant des neiges butine à l’ombre de cônes volcaniques militairement camouflés par des camarines vertes, du lichen orange et des sphaignes blanches aussi douces que de la laine de mouton. Sur le bord d’un cratère de 112 m de haut appelé Saxhóll, j’ai respiré une bouffée de liberté post-fermeture, en mangeant des sandwichs au pain de seigle foncé tout en observant des lagopèdes à la crête rouge aussi fondue que la lave qui suintait autrefois autour de moi.

Le problème avec le soleil islandais du milieu de l’été, c’est qu’on ne veut jamais que ces journées se terminent. À 19 heures, en retournant à Hellnar, toujours baigné d’un soleil radieux, j’ai fait un détour par une plage de galets noirs d’une beauté sombre à Djúpalonssandur, à l’extrémité sud-est de la péninsule. L’océan a ratissé et aiguisé les galets, les rendant brillants comme de précieuses opales. Au-dessus de l’estran se trouvent les entrailles rouillées d’un chalutier britannique, Epine GY7, qui a sombré ici en 1948. On a entendu le capitaine du navire, Alfred Loftis, dire : « Peu importe ce qui m’arrive, tant que les gars vont bien ». Il a sombré avec 13 autres marins malgré les meilleurs efforts des fishermen islandais pour les secourir.

Ces fishermen étaient des âmes robustes. Ils ont aiguisé leurs muscles sur quatre pierres à soulever qui se trouvent encore sur la plage de Djúpalonssandur, pesant 23 kg, 54 kg, 100 kg et 154 kg. Ce n’est que lorsqu’ils pouvaient manier la pierre de 54 kg hálfdrættingur (« demi-force ») sur un bateau qu’ils pouvaient devenir rameurs. L’hernie que je prévoyais en essayant d’en soulever une m’a convaincu que la vie en mer n’était pas ma vocation.

Les jours suivants, je suis parti d’une église en bois peinte en noir datant de 1848, appelée Búðir, et j’ai traversé le magma tordu comme des cordes de réglisse jusqu’au cratère Búðaklettur, où un tunnel de lave froid et sinistre s’étend profondément sous terre. Ces pensées d’Axlar-Björn m’ont empêché d’explorer trop profondément. Puis, à partir de la ville de Grundarfjörður, à l’extrémité nord de Snæfellsnes, j’ai contourné Kirkjufell, une montagne volcanique isolée où la fiction a imité l’art de la nature et l’a popularisée sous le nom de « montagne aux flèches », dans Game of Thrones. Cela m’a échappé, mais peu importe, car depuis Kirkjufell, je pouvais voir à travers le fjord marin Breiðafjöður la péninsule de Westfjord, qui possède quelques-uns des plus grands colliffs marins d’Europe.

Et c’est un autre problème islandais. Chaque horizon lointain induit une peur chronique de manquer quelque chose, la tentation de paysages toujours plus fantastiques dégorgés du ventre de la terre. Dûment accroché, j’ai préparé un sac pour la nuit et, le lendemain matin, je me suis rendu au ferry de Stykkishulmur pour une traversée de trois heures vers le nord jusqu’à Bránslækur sur Westfjord.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur L’Islande, comme seul au monde

Islande: un pays d’innovation

La présence croissante de l’Islande sur la scène mondiale dans un large éventail de secteurs témoigne de l’excellence de son enseignement, qui nourrit les jeunes esprits et les encourage à explorer des modes de pensée et de résolution de problèmes créatifs et originaux.

L’université d’Islande, qui est le plus grand et le plus ancien établissement d’enseignement de ce type dans le pays, propose un large éventail de cours à quelque 15 000 étudiants, soit un pourcentage impressionnant de 70 % de tous les étudiants universitaires du pays. Fondé en 1911 en tant que petite université locale, ce lieu d’apprentissage populaire s’est développé pour devenir une université de recherche internationale dotée d’un parc scientifique de haute technologie auquel participent l’université et des partenaires industriels de premier plan, comme des acteurs de domaines tels que la biotechnologie et les produits pharmaceutiques. L’université a également conclu plus de 400 accords avec des homologues étrangers, séminaire entreprise Islande notamment des universités américaines. « L’une de nos plus grandes réalisations dans ce domaine a eu lieu en 2019, lorsque nous avons conclu un accord avec le programme d’éducation à l’étranger de l’université de Californie (UCEAP) », explique Jón Atli Benediktsson, recteur de l’université d’Islande. « Nous travaillions sur cet accord depuis environ 25 ans ».

Nichée dans le nord-est attrayant du pays, l’Universi ty d’Akureyri est une université de taille moyenne qui, il y a deux décennies, a adopté une orientation particulière vers l’enseignement en ligne. Les professeurs et les enseignants enregistrent leurs cours et les mettent en ligne sur des plateformes numériques afin qu’ils soient accessibles au plus grand nombre d’étudiants possible. L’université est un lieu de formation de premier plan pour les infirmières, les officiers de police et autres travailleurs du secteur public.

Cette ville attrayante étant située près du cercle polaire, l’université d’Akureyri s’efforce de promouvoir la durabilité par le biais de ses cours, qui comprennent un programme de gestion de la pêche visant à former la prochaine génération de travailleurs pour le secteur vital de la pêche. En raison de l’importance croissante du tourisme pour l’économie et l’emploi, l’université gère également un centre de recherche sur les voyages destiné à optimiser le potentiel commercial du secteur, compte tenu de l’augmentation du nombre de visiteurs étrangers.

Eyjólfur Guðmundsson, recteur de l’université d’Akureyri, déclare : « La gestion des pêches est très importante pour l’avenir durable de l’industrie de la pêche, du point de vue de l’environnement et de l’utilisation. Nous avons créé un environnement d’apprentissage très populaire ; notre population étudiante a augmenté de 50 % depuis 2014, date à laquelle nous avons choisi d’exploiter pleinement l’environnement en ligne. »

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Islande: un pays d’innovation

Les Trolls d’Islande

Des dizaines de bougies en cire rouge et blanche scintillent dans la maison d’Audur Ösp, dans une robe rouge vif, son meilleur de Noël, alors qu’elle asseoir 10 étrangers autour de sa table de salle à manger.

Il y a des cartes de Noël à l’ancienne accrochées à une ficelle par des pinces du Père Noël. La table est dressée avec des figurines de rennes et des pins recouverts de neige, alors que notre groupe de touristes s’assoit pour découvrir les nombreuses traditions islandaises à Noël, appelées Jól en islandais.

Mais de peur que quiconque ne soit confus, ce n’est pas le pays des merveilles scintillant d’un Noël allemand, ni les personnages de Noël comme le joyeux Père Noël, nous sommes sur le point d’apprendre alors que le vent glacial monte à l’extérieur.

Ici, il y a 13 espiègles, sinon carrément effrayants, Yule Lads descendants de trolls qui apportent des cadeaux aux enfants – ou une pomme de terre crue quand ils sont mauvais, une pratique qui nous est assurée est encore courante. Leur mère, Gryla, est une ogresse à cornes qui représente une double menace, mettant les vilains enfants dans un sac pour manger plus tard. Le chat de Yule se cache à l’extérieur des maisons, prêt à manger n’importe qui qui n’a pas reçu de nouveaux vêtements avant Noël.

Mme Ösp reçoit les regards écarquillés de deux invités australiens, âgés de 5 et 8 ans, mais ce folklore fait plus qu’effrayer les enfants rebelles. Il parle de l’obscurité, littérale et figurative, qui a façonné les systèmes de croyances et les traditions ici et, finalement, le tempérament islandais.

«L’Islande ne fait pas de douceur», déclare Terry Gunnell, chef du département de folklore de l’Université d’Islande. «L’Islande fait des menaces de diverses forces extérieures.»

Les traditions de Noël dérivent du paganisme nordique, au solstice d’hiver lorsque les gens, sans électricité, étaient désespérés pour repousser les ténèbres. Ce désir demeure. Outre les bains thermaux extérieurs fumants, ce sont les bougies qui aident les Islandais à faire face à moins de cinq heures de soleil par jour, avec des flammes scintillantes dans les maisons, les cafés, les lieux de travail, même le maire du bureau de Reykjavik.

Cette obscurité a façonné le sens islandais du surnaturel, dit le professeur Gunnell, et aujourd’hui beaucoup des superstitions sur les trolls ou les elfes ou les «gens cachés» qui habitent les collines autour d’eux. Il dit que si vous demandez à un Islandais s’il croit aux elfes, la plupart répondront «non». Pourtant, dans une enquête menée par Gunnell avec l’université en 2006 et 2007, seuls 13% nient complètement leur existence.

Il dit que cela revient au respect d’un paysage que les Islandais savent qu’ils ne peuvent pas manœuvrer. Il y a eu l’éruption du volcan Eyjafjallajökull en 2010 qui a perturbé les voyages aériens à travers l’Europe et les nouveaux grondements d’Öræfajökull, en sommeil depuis sa dernière éruption en 1727-28. «Ici, tout le monde est conscient de ces pouvoirs naturels qui existent.»

Cela devient courant à Noël, sous la forme des Yule Lads qui descendent des montagnes les 13 jours avant Noël, chacun nommé d’après son vice, comme Sausage Swiper et Bowl Licker. Ils se sont transformés en créatures plus bénignes au cours de ce siècle, s’habillant souvent en rouge et davantage considérés comme des farceurs, mais toujours utiles pour les parents du mois de décembre.

«Nous disons: ‘les [Yule Lads] ont déjà quitté la montagne, tu ferais mieux d’aller dormir maintenant’ ‘, déclare Olof Bjarnadottir, qui enseigne un cours intitulé« Être islandais »à l’Université d’Islande.

Elle ouvre grand les bras. «En été, nous sommes tous comme ça, la communauté sort. Puis à mesure que la lumière du jour diminue », dit-elle, tournant en demi-cercle sur sa chaise et fermant les bras jusqu’à ce qu’ils soient pliés,« c’est juste nous, séminaire Islande de moins en moins de personnes sont invitées. Vous minimisez le cercle quand c’est Noël. »

De retour dans la salle à manger d’Ösp, les invités ne se sont jamais rencontrés avant ce soir. Mais c’est bien, car nous recréons toutes les traditions qui ont précédé Noël en Islande.

Tout d’abord, il y a les petits rassemblements, appelés Litlu-Jól, avec des groupes d’amis et d’associations, qu’Ösp décrit sur son blog, I heart Reykjavik, comme une «version islandaise du hygge scandinave avec une touche de Noël». (Hygge est un mot danois très répandu pour désigner le confort et la convivialité – parfois impliquant des tricots et, bien sûr, des bougies.)

Le repas commence par du thé de Noël et des bols de biscuits faits maison, pour le plus grand plaisir des enfants. Viennent ensuite les sandwichs ouverts au hareng cru et au saumon, les recettes danoises courantes dans les buffets de Noël que les lieux de travail accueillent et les restaurants proposent de plus en plus tout au long du mois. Nous sommes épargnés par la raie fermentée que les Islandais mangent le 23 décembre, jour de saint Thorlák, saint patron de l’Islande. Le plat principal est le repas traditionnel de Noël composé d’agneau fumé – pas du goût de tout le monde – et de pain en feuilles, très fin et décoré de motifs complexes.

Jól est à 18 heures. 24 décembre. Et Ösp nous assure qu’il n’est ni 17 h 45. ni 18 h 15 mais 6 pointus, après cinq minutes de silence à la radio islandaise précédant le son des cloches et la messe de Noël. Sa famille s’asseyait et l’écoutait – comme elle le fera cette année – même si elle fait partie des 30% des Islandais qui n’appartiennent pas officiellement à l’Église luthérienne d’Islande, ayant été mariée par un prêtresse païenne dans son jardin.

L’Islande est l’une des nations les plus laïques au monde, mais il n’y a pas de séparation de l’Église et de l’État. C’est l’un des nombreux paradoxes de la culture islandaise. «Les Islandais aiment vous dire que nous sommes très progressistes. … Mais nous sommes aussi très, très traditionnels, et les traditions sont si importantes en décembre », dit-elle. «Je dis toujours que l’Islande est un pays plein de contradictions. Glace et feu, volcans et glaciers. Les Islandais sont exactement les mêmes. »

L’une de leurs traditions les plus chères est le «déluge de livres de Noël». Alors que les iPad et les iPhones rivalisent avec l’écrit ici aussi, les Islandais assurent aux visiteurs qu’un livre est toujours l’article cadeau le plus populaire et qu’ils sont dévorés pendant les vacances de Noël. Oubliez les catalogues de jouets: c’est le «déluge de livres» que les enfants attendent par la poste.

Melissa Bates, mère de deux enfants originaire d’Australie, dit que Noël islandais se sent plus traditionnel que chez soi. «L’Australie a beaucoup copié l’Amérique, elle est très commercialisée et perdante cette famille ressent », dit-elle. «Il semble qu’ici vous accordez encore de l’importance à ce qu’est Noël.»

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Les Trolls d’Islande

La beauté d’Islande

La beauté brute de l’Islande est différente de tout ce que j’ai connu. Je voulais en profiter à chaque seconde que j’y étais. Voyager en camping-car a rendu cela possible car notre maison nous accompagnait partout. Nous n’étions pas enchaînés à un itinéraire et nous pouvions faire des randonnées, manger, séminaire incentive Islande dormir et nous baigner à poil quand et où nous le voulions. Il n’y avait aucune raison de connaître le jour de la semaine, ou de vérifier l’heure. C’était la vie à l’état pur et simple.

Chaque matin, nous nous réveillions, nous préparions du thé et des flocons d’avoine à l’arrière de notre van (généralement à côté d’une chute d’eau épique ou d’un lagon de glacier), nous revenions sur la Route 1 et nous nous arrêtions probablement dans l’heure pour notre première aventure de la journée. En mai, le soleil ne commence à se coucher qu’à 23 heures et il ne fait pas nuit avant 1 heure du matin. Nos excursions ne se terminaient donc que lorsqu’il faisait nuit noire – nous ne pouvions tout simplement pas refuser d’explorer des paysages d’un autre monde tant que le soleil brillait encore. C’est lors de notre première nuit, alors que nous étions encore assis sur une falaise surplombant le puissant Gulfoss à 2 heures du matin, sans personne en vue, que nous avons eu l’idée de la phrase « la nature ne ferme jamais ». Elle est devenue le mantra de notre voyage.

Parmi nos moments préférés, citons l’arrivée à Jokulsarlon pendant un coucher de soleil à couper le souffle, un bain dans une piscine géothermique sombre et humide, un arrêt toutes les cinq minutes pour caresser un cheval, un agneau ou un renne, une randonnée et un pique-nique sur le glacier Vatanjokull, un réveil avec une batterie à plat à Skogafoss parce que j’avais fait fonctionner le chauffage trop longtemps la veille, et la découverte du meilleur roulé à la cannelle que nous ayons jamais mangé.

L’Islande nous a appris à vivre simplement, de façon minimale et proche de la Terre. Elle nous a surpris par sa beauté infinie, elle a soigné nos membres endoloris dans des bains géothermiques chauds, elle nous a fait vivre des moments extrêmes avec le feu, la glace et le vent le plus fort que j’aie jamais connu, et elle nous a offert des jours de pure liberté où tout était immobile sauf nous et notre petite maison sur roues.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur La beauté d’Islande

C’est le printemps en Islande

Le premier pluvier doré de la saison a été repéré à Stokkseyri, dans le sud-ouest de l’Islande, hier matin. On pense traditionnellement que le pluvier annonce l’arrivée du printemps en Islande. Le bouleau Alex Máni Guðríðarson a repéré le pluvier, séminaire entreprise Islande à la même date et au même endroit que les premiers pluviers ont été vus au printemps 2019. Vísir a rapporté en premier.

«Lóan er komin að kveða burt snjóinn», commence l’ode du XIXe siècle de Páll Ólafsson à l’oiseau: «Le pluvier doré est arrivé pour chanter la neige.» Le poème est devenu une chanson populaire populaire et son refrain a inspiré de nombreuses versions , des interprétations plus traditionnelles aux adaptations punk (beaucoup plus lâches).

Plus d’un tiers des pluviers dorés du monde nichent en Islande. La date moyenne d’arrivée de l’oiseau en Islande est le 23 mars. L’année dernière, il a été repéré assez tôt, le 15 mars, mais il est arrivé en retard toutes les trois années précédentes: en 2019 et 2018, il a été repéré pour la première fois le 28 mars; en 2017, le 27 mars.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur C’est le printemps en Islande

L’Eurovision sera islandais ?

Quelques jours à peine avant sa première prévue sur le réseau de diffusion national islandais RÚV, la soumission de Daði Freyr à l’Eurovision 2021, 10 ans, a été divulguée. La fuite s’est produite dans la journée où Daði et son équipe ont soumis la chanson aux responsables de l’Eurovision, la chanson ayant été largement distribuée en ligne en Islande et à l’étranger. Skarphéðinn Guðmundsson, directeur de la programmation de RÚV, dit que la fuite est intolérable mais l’équipe de Daði reste calme et continue.

Le vol est la preuve de l’anticipation du public
«Ce qui s’est passé, c’est que nous avons soumis la chanson mardi, alors que nous devions la soumettre au Concours Eurovision de la chanson. Et moins de 24 heures plus tard, il a été divulgué ou a été divulgué sur Internet », a déclaré Skarphéðinn. Il ajoute que l’incident était clairement un vol intentionnel et non une fuite accidentelle. «Cela montre combien il y a d’anticipation quand il s’agit de personnes qui veulent entendre ces chansons. C’est quelque chose que nous pouvons regarder positivement, séminaire entreprise Islande il y a beaucoup d’anticipation d’entendre Daði og gagnamagnið contribution cette année.

Les paris sur l’Eurovision peuvent être un facteur
Skarphéðinn dit que la fuite est impossible à retracer, mais qu’elle pourrait avoir quelque chose à voir avec les nombreux jeux de hasard qui entourent les résultats de l’Eurovision. « Mais comme je le dis, il est impossible de le retracer et la seule chose que nous pouvons faire est de rester calme et de continuer et Daði est calme, nous sommes calmes. » Skarphéðinn dit que RÚV est en contact avec des représentants de l’Eurovision, qui ont été informés de la fuite.

En attendant, la première samedi de RÚV de la chanson et de la chorégraphie qui l’accompagne se déroulera comme prévu, et c’est là que Skarphéðinn dirigera son énergie. «Nous nous concentrons principalement sur l’offre d’une émission le samedi où la chanson et la routine seront révélées dans toute leur splendeur et nous sommes très heureux de pouvoir le faire sur cette nouvelle émission de télévision, Straumur.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur L’Eurovision sera islandais ?

Le trésor classique de Sigur Ros

Raven Magic de Sigur Rós ‘Odin est un trésor classique qui met en valeur la littérature islandaise et maintient le son d’un autre monde du groupe.

La magie du corbeau d’Odin de Sigur Rós a vu le jour en démarrant et en s’arrêtant comme un oiseau qui ne pouvait pas décoller. Le disque, une composition orchestrale live imaginée à l’origine par Sigur Rós, a vu le jour il y a près de deux décennies alors que le troisième album studio du groupe () lui a valu une reconnaissance mondiale.

L’album est une collaboration live entre le groupe, le compositeur Hilmar Örn, la violoniste Maria Huld Markan Sigfúsdóttir (du groupe islandais Amiina) et le pêcheur / musicien Steindór Andersen. Le groupe a d’abord créé la pièce au Barbican Centre de Londres en avril 2002. Bien qu’aucun enregistrement correct n’ait été fait du spectacle, séminaire incentive Islande certaines parties de la performance ont circulé en ligne pendant quelques années avant d’être enregistré en direct à La Grande Halle de la Villette en Paris en 2004 avec la Schola Cantorum de Reykjavík et L’Orchestre des Lauréats du Conservatoire National de Paris.

L’enregistrement a été gardé secret jusqu’en décembre de l’année dernière. La raison de sa sortie attendue depuis longtemps est un peu nébuleuse. Cependant, l’ancien membre de Sigur Rós Kjartan Sveinsson – qui a joué un grand rôle dans l’arrangement de l’album – a déclaré à Apple Music: « Cela traîne depuis si longtemps, et les gens ont demandé s’il allait sortir, en attendant. Nous avons décidé, faisons juste une version simple, sortons-la. « 

Odin’s Raven Magic est différent des autres productions de Sigur Rós. Un orchestre classique remplace le son rock éthéré signature du groupe. Le falsetto de marque du chanteur Jónsi n’est pas à l’avant-garde du disque et ne peut être entendu que sur quelques pistes. Au lieu de cela, Steindór Andersen, avec qui le groupe avait déjà collaboré sur leur EP 2001 Rimur, remplit le rôle de chanteur principal.

Steindór est un chanteur et chanteur de poésie islandaise épique traditionnelle appelée rímur, donc son rôle principal dans Raven Magic d’Odin lui convient. Sveinsson a expliqué que la musique islandaise a un « style de chant spécial, qui est parfois rythmiquement et sonore différent des autres musiques folkloriques » et qu’Andersen « est un spécialiste dans ce domaine et il a réussi à écrire ses propres chants, de nouveaux chants. Genre de nouvelle folk » chansons, si vous voulez. « 

La magie du corbeau d’Odin a été inspirée par Hrafnagaldr Óðins – un chapitre perdu d’un poème islandais épique qui aurait été écrit entre les XIIIe et XVe siècles. Le chapitre raconte un banquet auquel ont assisté Odin (dieu nordique de la sagesse, de la mort, de la poésie et de la divination) et ses confrères dieux. Pendant le banquet, Odin envoie ses corbeaux messagers – Huginn et Muninn – pour évaluer ce qui se passe dans le monde et rechercher tout signe de problème. À leur retour, les corbeaux arrivent avec de sinistres nouvelles qui pourraient signaler la fin du monde.

Pour refléter la matière sombre du poème, Raven Magic d’Odin est souvent inquiétant, parsemé de moments d’urgence et de désespoir. Les éléments symphoniques rendent hommage aux racines traditionnelles du poème, maintenant la pièce enracinée dans un canon classique. Cependant, l’intensité radicale à laquelle un fan de Sigur Rós s’attendrait peut être trouvée partout.

L’album débute discrètement avec les cordes lentement gonflées de « Prologus », qui font office d’échauffement. Sur « Alföður orkar », l’auditeur est présenté à Andersen, dont la voix rappelle Brendan Perry de Dead Can Dance. Au fur et à mesure qu’il apporte des vers du poème, les arrangements choraux obsédants de la Schola Cantorum de Reykjavík émergent, sonnant comme s’ils venaient du haut plafond d’une cathédrale.

Un marimba en pierre, fabriqué à la main pour la performance de l’artiste Páll Guðmundsson, fait ses débuts dans « Dvergmál ». Le marimba joue un rôle de premier plan tout au long du disque et a joué un rôle important dans sa création. Selon Sveinsson, les pierres du marimba sonnaient toutes différemment. Ils ont raconté l’album comme une planche Ouija sonique: « lorsque vous écrivez de la musique sur la pierre marimba, vous avez tendance à aller vers une pierre qui vous plaît, inconsciemment d’une certaine manière. Chaque pierre est individuelle et un peu spéciale. »

Le chant de Jónsi apparaît pour la première fois dans « Stendur æva » après le chant d’Andersen. Couplée à une phrase répétée sur la pierre marimba, la combinaison de leurs voix est hypnotique. Tout finit par fusionner avec les cordes gonflées de l’orchestre et le son montant du chœur, faisant de la chanson la pièce phare du disque. Il n’est pas surprenant que le groupe ait sorti le morceau en tant que single de l’album.

Alors que la plupart des instruments sont à cordes, une combinaison de cors est enfilée tout au long du disque. Ils sont subtils mais viennent au premier plan dans « Áss hinn hvíti », qui se traduit par « le dieu blanc ». Il s’agit d’une référence à Heimdallr – un dieu qui possède une corne retentissante dans la mythologie nordique et la divinité qui souffle une corne à la fin du poème, signalant le lever du jour et l’apocalypse à venir. Le sentiment gênant se fait sentir sur le morceau dans les cors lugubres et les tensions mélancoliques du chœur.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Le trésor classique de Sigur Ros

Crypto-monnaie non supervisée par l’autorité de surveillance financière

The Central Bank of Iceland’s Financial Supervisory Authority has no supervision over cryptocurrency mined in Iceland, Fréttablaðið reports. A considerable portion of the world’s supply of bitcoin, or up to 8%, is mined in data centres in Iceland.

The Financial Supervisory Authority has no information on and does not supervise cryptocurrency mined in Icelandic data centres. It’s believed that up to 8% of bitcoin is mined in Iceland. Around 60 companies mine bitcoin in Iceland but only the three service providers offering electronic currency trade and digital wallets are required to register with the Financial Supervisory Authority.

While cryptocurrency has been lauded as an ultra-secure decentralised mode of payment, it has come under fire for being ill-regulated and wasteful of energy. US authorities have increasingly tried to supervise the use of cryptocurrency as they are thought to be the cornerstone of various illegal operations, including terrorism, drug trade and the distribution of child pornography. Mining cryptocurrency requires a great deal of energy use. Around 5% of Iceland’s energy production is tied in data centres and around 90% of data centre operations centre on cryptocurrency mining.

When asked about cryptocurrency supervision, séminaire entreprise Islande The Central Bank of Iceland’s Financial Supervisory Authority replied that as cryptocurrencies aren’t legal tender or currency in Iceland so they aren’t subject to legislation on payment services or electronic currency. “Cryptocurrency markets don’t require a licence, they are not subject to laws no. 108/2007 on stock exchanges and aren’t subject to Central Bank of Iceland’s Financial Supervisory Authority’s supervision.” Furthermore, the Central Bank does not have any information on the extent of cryptocurrency trade. Even if the Financial Supervisory Authority does not supervise cryptocurrency trade, they warn against its use.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Crypto-monnaie non supervisée par l’autorité de surveillance financière

Islande: de la réconciliation à la vérité

Dans une tentative d’auto-coup d’État – un «autogolpe» en espagnol – un dirigeant en exercice tente de conserver le pouvoir en suspendant la constitution ou en renversant des pouvoirs compensateurs dans les branches judiciaire, exécutive ou législative du gouvernement. Le «vol» d’une élection à un adversaire victorieux n’a été tenté qu’une seule fois dans une démocratie, deux fois si l’on inclut le récent putsch provoqué par le président Trump aux États-Unis – pour lequel il a été rapidement destitué par le Congrès. Selon Chin, le seul coup d’État d’une démocratie a eu lieu au Costa Rica en 1948. Cela a conduit à une guerre civile qui a duré six semaines. Depuis, le Costa Rica est une démocratie inébranlable, obtenant une note parfaite de dix (sur une échelle de -10 à +10) par l’une des mesures de démocratie les plus largement utilisées, compilée dans le cadre du projet Polity5 de l’Université du Maryland.

C’est plus que ce que l’on peut dire des États-Unis, dont le score de démocratie est passé de dix à huit en 2016-2018 selon les politologues du Maryland. Il s’agit d’un revers notable pour un pays dont le score était parfait chaque année de 1871 à 2015, à la seule exception de 1967-1973. Aux États-Unis, la démocratie n’est réputée avoir faibli que sous le président Nixon, qui a remporté les élections en 1968 et a démissionné en disgrâce en 1974, et sous le président Trump, qui a été élu en 2016 et a perdu les élections en 2020, quittant ses fonctions dans la disgrâce. Nixon a évité la prison en démissionnant, permettant à son successeur, le président Ford, de lui pardonner. L’acceptation de la grâce par Nixon impliquait son aveu de culpabilité selon un verdict de la Cour suprême de 1915. Il reste à voir si Trump ira en prison.

Les États-Unis ne sont pas seuls. Les politologues du Maryland ont abaissé le score de démocratie du Royaume-Uni de dix à huit pour 2016-2018. Ceci est comparé à un score parfait de dix chaque année de 1922 à 2015 – un coup dur pour le prestige du pays. Même la Pologne et la Hongrie – où les droits de l’homme ont souffert ces dernières années – conservent leurs scores de dix pour 2016-2018. Selon ces chiffres, les régimes illibéraux en Pologne et en Hongrie ont été moins préjudiciables à la démocratie que les contre-vérités promues par les républicains et les conservateurs aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Comment les choses pourraient-elles se passer si mal aux États-Unis et au Royaume-Uni, mais pas en Allemagne ou en Italie? L’Allemagne en a marqué dix chaque année depuis l’unification en 1990, tout comme l’Allemagne de l’Ouest de 1949 à 1990. L’Italie en a marqué dix chaque année depuis 1948. Cela compte non seulement parce que la démocratie est une partie inaliénable des droits humains universels, mais aussi parce que la démocratie est bonne pour croissance et peut-être même égalité (Acemoğlu et al. 2014a, 2014b).

Gros mensonges, causes perdues
Les titres de livres récents d’historiens, de philosophes et de politologues fournissent des récits inquiétants du fascisme rampant dans nos sociétés. Ceux-ci incluent Page et Gilens’s Democracy in America ?, Levitsky et Ziblatt de How Democracies Die, Mounk’s People vs. Democracy, How Democracy Ends de Runciman, Road to Unfreedom de Snyder, How Fascism Works de Stanley et Diamond’s Ill Winds: Saving Democracy from Russian Rage, Chinese Ambition et American Complacency (voir aussi Acemoğlu et al.2020 et Cagé et al.2021).

Il est important de se demander pourquoi la démocratie semble aujourd’hui faire face à des défis plus redoutables aux États-Unis qu’en Allemagne ou en Italie. Une partie de la réponse peut être liée au manque de respect de la vérité. L’Allemagne l’a appris à ses dépens. Après la Première Guerre mondiale, un gros mensonge – le mythe du coup de poignard dans le dos («Dolchstosslegende» en allemand) – a contribué à créer les conditions de l’ascension du nazisme. Après la Seconde Guerre mondiale, cependant, séminaire incentive Islande ceux qui ont perdu font face à une justice plus raisonnable soulignée par le plan Marshall. Les Allemands se sont fait dire et se sont dit la vérité sur le nazisme. Cela signifiait que la France et d’autres nations européennes avaient le sentiment de pouvoir partager en toute sécurité leur souveraineté avec l’Allemagne, sur la base d’une confiance mutuelle au sein de l’architecture de l’UE. Le chancelier Helmut Kohl a déclaré que la souveraineté partagée était la clé pour assurer aux voisins de l’Allemagne qu’ils n’avaient pas à craindre une nouvelle agression allemande. Une confiance réduite menace de saper l’unité avec l’Europe (Dustmann et al.2017).

L’expérience américaine était différente. La guerre civile de 1861-1865 et l’assassinat du président Lincoln en 1865 ont été suivis d’une reconstruction incomplète. Cela a permis aux États du Sud qui ont perdu la guerre de persister dans leurs mauvais traitements envers les Afro-Américains pendant encore 100 ans, malgré l’abolition de l’esclavage par la loi sous Lincoln. Sans une reconstruction adéquate, la cause perdue de l’esclavage a contribué à perpétuer le mensonge selon lequel l’émancipation des esclaves ne visait pas à les libérer de la persistance des abus et de la discrimination – un mensonge qui a balayé un segment important du soutien politique dans le sud des démocrates aux républicains après le passage. de la législation sur les droits civils dans les années 60. Plutôt que de disparaître, les suprémacistes blancs ont trouvé un nouveau foyer.

Ce n’est pas le seul exemple américain d’une attitude ambivalente envers la vérité ces dernières années. Les guerres au Vietnam et en Irak étaient fondées sur la tromperie. Les sondages d’opinion ont constamment montré qu’une majorité significative d’Américains estiment qu’on ne leur a pas dit toute la vérité sur l’assassinat du président Kennedy, opinion soutenue par le Congrès en 1978. Ce n’est que récemment que le gouvernement américain a commencé à reconnaître que la droite nationale les terroristes, étroitement alliés aux suprémacistes blancs, constituent une menace pour la sécurité nationale américaine. Tout comme le FBI poursuivait les communistes présumés plutôt que la mafia à l’époque de J Edgar Hoover, le FBI a dû faire appel au public pour qu’il l’aide à identifier certains des principaux auteurs de l’attaque du Capitole le 6 janvier 2021. Plus de respect pour la vérité dans le passé aurait réduit la plausibilité de nouveaux mensonges dans l’esprit de nombreuses personnes.

États en échec?
Il y a beaucoup en jeu. L’ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, a récemment averti que, sans réforme, le Royaume-Uni risquait de devenir un État en faillite. Plusieurs observateurs ont exprimé des préoccupations similaires à propos des États-Unis. Les mensonges destinés à saper l’ordre démocratique, les mensonges sur l’UE avant le vote sur le Brexit au Royaume-Uni et les fausses allégations de fraude électorale aux États-Unis sont au cœur des crises des deux pays – crises qui ont été exacerbées par la pandémie. Leurs alliés à l’OTAN et ailleurs ont des raisons de s’inquiéter de leur fiabilité, même si le Congrès et les tribunaux ont réussi à détourner le récent putsch aux États-Unis. Le président Trump a aggravé la crise en nommant un assortiment de personnes incompétentes à de hautes fonctions.

Lorsque les dirigeants de précieux alliés supérieurs se comportent mal, d’autres le remarquent, cherchant à se mettre à l’abri. Mon pays natal, l’Islande, en est un bon exemple. L’Islande est un pays que certains observateurs ont commencé à considérer comme un État en faillite. Leur analyse repose sur trois points principaux.

Premièrement, l’Islande a un sérieux problème avec ses oligarques de style russe. Ce sont généralement des propriétaires de bateaux de pêche, que la classe politique a enrichis en leur accordant un accès gratuit (ou pratiquement gratuit) aux précieuses ressources halieutiques d’Islande. En échange d’argent, les politiciens ont créé une classe dirigeante basée sur le poisson qui se comporte comme un État au sein de l’État, dictant les plates-formes politiques aux partis politiques, les verdicts des tribunaux, les éditoriaux de journaux, certaines nominations universitaires, etc.

Deuxièmement, cette alliance d’hommes politiques et d’oligarques a persisté à ignorer sans vergogne le résultat d’un référendum national de 2012, où 67% des électeurs ont déclaré leur soutien à une nouvelle constitution post-crash élaborée par une assemblée constitutionnelle élue par la nation en 2010. La disposition la plus importante de cette nouvelle constitution déclare que les ressources naturelles de l’Islande doivent être «la propriété commune et perpétuelle de la nation». Certains des oligarques en question sont actuellement en conflit avec la loi en Namibie, où d’anciens ministres et d’autres croupissent en prison depuis plus d’un an, soupçonnés d’avoir reçu des pots-de-vin de la plus grande entreprise de pêche islandaise en échange de quotas de capture en Afrique eaux.

Troisièmement, la fonction publique et le système judiciaire islandais sont remplis de personnalités politiques qui, en tant que membres, s’inspirent de la classe politique. De larges pans de la communauté des affaires suivent le même schéma. Le plus grand parti de centre droit d’Islande, le Parti de l’indépendance, et la plus grande association professionnelle, la Confédération des entreprises islandaises, s’opposent tous deux à l’adhésion de l’Islande à l’UE. Beaucoup d’entre eux ont exprimé leur soutien à Trump et au Brexit. La confiance s’est effondrée, Gallup rapportant que seuls 23% de ses répondants islandais font confiance au parlement, et seulement 37% font confiance au système judiciaire (voir Gylfason 2019, 2020).

Réconciliation
Comment ces conflits peuvent-ils être réconciliés? Comment restaurer la confiance? Une réforme suffirait-elle? Peut-être. Mais les États-Unis semblent avoir besoin de plus que cela. Certains préconisent la création d’un comité vérité et réconciliation. D’autres affirment que ces comités ne sont appropriés que dans les situations où les tribunaux ne peuvent pas faire face. Si tel est le cas, les États-Unis doivent traiter devant les tribunaux les crimes et délits présumés de l’ancien président Trump et de ses associés républicains. La réconciliation sans vérité et sans remords est impossible. Par conséquent, les verdicts judiciaires semblent être la seule solution possible à la situation politique difficile aux États-Unis, ainsi que dans d’autres pays qui ont emprunté une voie similaire. Laissons la Namibie montrer la voie.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Islande: de la réconciliation à la vérité

Service de bus de l’aéroport de Keflavík suspendu indéfiniment

Le service Flybus vers et depuis l’aéroport international de Keflavík a été interrompu indéfiniment. Reykjavík Excursions, la société qui gère le service, a annoncé la décision à la fin de la semaine dernière. Flybus est le seul service exploitant des bus directs entre la capitale et l’aéroport de Keflavík depuis au moins six mois.

Selon un avis de la société, le service Flybus a été interrompu «en raison d’un horaire de vol restreint». L’horaire d’aujourd’hui de l’aéroport de Keflavík indique trois vols au total: deux à l’arrivée et un au départ.

Le PDG de Reykjavík Excursions, Björn Ragnarsson, a déclaré à Fréttablaðið que la décision n’entraînerait pas de licenciements, car les chauffeurs seront transférés au système de bus publics Strætó (RE est un sous-traitant de Strætó et exploite plusieurs lignes de bus dans la région de la capitale).

Tous les voyageurs arrivant en Islande depuis l’étranger doivent subir un double test et une quarantaine de cinq jours. Pour arriver à leur emplacement de quarantaine, les voyageurs peuvent prendre un taxi, louer une voiture à l’aéroport et conduire eux-mêmes, ou récupérer une voiture qui leur a été laissée à l’aéroport par un ami ou un membre de la famille. Être pris en charge par des amis ou des membres de la famille est considéré comme une violation des règles de quarantaine, séminaire Islande tout comme le bus public n ° 55 à Reykjanes.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Service de bus de l’aéroport de Keflavík suspendu indéfiniment